DISPOSITIONS SPECIFIQUES (Andenne + Basse-Sambre + Namur)

 

Le Plan Grands Froids en souvenir, la météo de ces derniers jours de juin 2018 nous rappellent que le plan Grandes Chaleurs/Vague de Chaleurs/Forte Chaleur/Canicule[1][1] est lancé. Quel que soit son nom, nous le savons, c’est une période particulièrement à risques pour les personnes sans-abri notamment.

 

Toutes les conditions sont là pour redoubler d’attention : la coupe du monde (boissons…), les surexpositions au soleil et les conditions climatiques liées à cette période. Il convient comme chaque année de mettre en place un dispositif d’aide et d’accueil pour ces personnes afin de parer à toute éventualité. Merci encore de votre investissement.

 

Contrairement aux idées reçues, les fortes chaleurs peuvent parfois s’avérer plus néfastes pour la santé des personnes en rue que le froid ressenti en période hivernale. En effet, lors de hausses de températures, les personnes n’ont pas toujours la possibilité de se mettre à l’abri pour se protéger du soleil et ne disposent pas nécessairement d’eau fraîche pour s’hydrater. En outre, un manque de discernement lié à leur mode de vie peut parfois les empêcher d’avoir recours aux réflexes de protection adéquats et les mener à des situations graves, voire mortelles.

 

Pour ces différentes raisons, une attention particulière doit être de rigueur. Il est essentiel d’agir préventivement, en diffusant des conseils sur les gestes appropriés en cas de fortes chaleurs ainsi qu’une information claire et précise sur le dispositif estival, mais également de permettre un accès à l’eau pour tous.

 

Ce Plan Grandes Chaleurs 2018, déjà bien en place tout au long de ces 10 dernières années, tente donc de répondre au mieux aux besoins du public en situation précaire.

 

Cet esprit d’équipe entre institutions différentes permet de renforcer la cohésion de nos actions pour ces femmes et hommes, en situation de grande précarité, qui comptent sur nos dispositifs pour faire face à leur vie de tous les jours.

 

Ø Dispositif du Plan Grandes Chaleurs 2018

 

Partenaires actifs[1] du Plan Grandes Chaleurs

 

¨       Le Resto du Cœur

¨       Le Centre de Service Social de Namur

¨       L’ASBL «Une Main Tendue»

¨       Les Sauvèrdias

¨       La maison Croix-Rouge de Namur

¨       L’ASBL «Phénix» («Salamandre»)

¨       RSBS

¨       Namur Entraide Sida («L’Echange»)

¨       Li P’tite Buwèye

¨       Le Relais santé

¨       Le Centre Hospitalier Régional Sambre & Meuse

¨       Le CPAS de Namur

¨       La Ville de Namur – Service de Cohésion Sociale

¨       EMSAS - SAGEISS

 

[1] Attention : sont repris dans cette liste non exhaustive des partenaires du Relais social, ceux qui, durant ce Plan, offrent un lieu où se poser et se rafraichir et/ou proposent du matériel. Le réseau plus étendu de partenaires dispose de dépliants et des informations relatives au déroulement du Plan.

 

 LIRE LA SUITE



[1] Appellations similaires, mais en fonction de l’opérateur : Wallonie/Fédéral/IRM/…

 

 

Informations générales et conduites à adopter en cas d’hypothermie

 

 

En cas d’hypothermie, une personne peut ne pas se rendre compte de son état. Le risque d’hypothermie se rencontre généralement lorsque les températures sont très basses, mais peut également survenir lorsque les températures entre le jour et la nuit diffèrent de plus de 10°, ou lorsqu’une personne est transie du fait de la pluie, de vents violents, d’une transpiration excessive ou du fait d’une immersion dans l’eau froide.

 

 Les personnes à risque sont : les personne âgées et les jeunes enfants, les personnes sous influence d’alcool, de drogues, celles qui souffrent de troubles psychiatriques et les sans-abri.

 

 Plusieurs facteurs viennent augmenter le risque d’hypothermie, tels que la consommation d’alcool, le port de vêtements mouillés, les affections de la peau étendues, l’absence de graisse sous-cutanée (personnes maigres), la prise de neuroleptiques, … Ainsi, pour peu que son état de santé soit dégradé, une personne a plus de risques de souffrir d’une hypothermie.

 

Comment prévenir le risque d’hypothermie ? Veiller à ce que la personne soit suffisamment habillée avec des vêtements chauds et imperméables (veste, gants, écharpe, bonnet, chaussettes chaudes, chaussures chaudes, étanches et adaptées,….) Multiplier les couches à la manière d’un oignon. Conseiller de boire des boissons chaudes et sucrées. Eviter le café et surtout l’alcool qui aggrave et accélère l’hypothermie. Conseiller de manger régulièrement (3 repas chauds par jour). Éviter que la personne reste immobile ou statique trop longtemps. Veiller à ce que la personne ne soit pas mouillée (pluie, neige,…).

  

Les signes de l’hypothermie :

 

Dans la première phase : frissons, élocution saccadée, peau pâle et froide, respiration superficielle, pouls rapide.

 

Dans la seconde phase : disparition des frissons, engourdissement/somnolence, ralentissement de la respiration pouvant aller jusqu’à l’arrêt respiratoire, hypotension pouvant aller jusqu’à l’arrêt cardiaque.

 

 Les conduites à adopter EN CAS DE DOUTES, Appeler le 112

 

En cas d’hypothermie légère (température corporelle entre 34°C et 35°C) :

 

-          Soustraire la personne du froid ;

 

-          Lui mettre un bonnet et l’envelopper dans une couverture de survie ;

 

-          Lui faire boire une boisson chaude (mais pas brûlante) ;

 

-          Ne pas la frictionner

 

-          La conduire dans un lieu d’accueil chauffé, et lui donner une douche tiède en la laissant assise sur un tabouret. Veiller à ce qu’elle soit bien séchée et qu’elle remette des vêtements propres ;

 

-          L’inciter à prendre un repas chaud et à se reposer ;

 

-          S’assurer que la température est remontée à 37°C avant que la personne ne quitte le lieu.

 

En cas d’hypothermie sévère (inférieure à 34°C), appeler les urgences médicales. En attendant l’arrivée des secours, lui mettre un bonnet et l’envelopper dans une couverture de survie.

 

Comme il n’est pas facile ni fiable de prendre la température d’une personne sans matériel adapté, et par mesure de sécurité, dès qu’un doute ou une inquiétude est présente sur l’état d’une personne et sa température, en référer aux urgences (112).